Actualités Peugeot

Puits de carbone forestier Peugeot-ONF en Amazonie

  • 09/11/2012
  • Actualités
Puits de carbone ONF Amazonie
Puits de carbone forestier Peugeot-ONF en Amazonie : un accord  avec le Fonds Français pour l’Environnement Mondial pour une nouvelle ambition

Peugeot, ONF International, leurs partenaires brésiliens et le Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM) annoncent, en marge du 13ème Comité Scientifique et Technique du Puits de Carbone Peugeot-ONF qui s’est tenu du 5 au 8 novembre 2012 sur le site du projet, la Fazenda Sao Nicolau, au nord-ouest de l’état du Mato-Grosso,  le démarrage d’un vaste programme de développement durable intitulé « PETRA » : Plate-forme Expérimentale pour la gestion des Territoires Ruraux de l’Amazonie Légale.

Un projet exemplaire qui contribue au développement durable de la région nord-ouest du Mato-Grosso

Depuis 1998  dans le nord-ouest du Mato-Grosso, dans la municipalité de Cotriguaçu, Peugeot et l’Office national des forêts ont développé un projet de reforestation  et de puits de carbone, situé sur un site de 10 000 hectares, comprenant 1 800 hectares de plantations bio-diverses réalisées sur d’anciens pâturages, 7 200 hectares de forêts naturelles. Cette réalisation exemplaire a permis, entre-autres :

-          la plantation de 2 millions d’arbres de plus de cinquante essences natives,

-          la création avec l’Etat du Mato-Grosso en novembre 2009 d’une Réserve Privée du Patrimoine Naturel (RPPN) couvrant 1 815 hectares de forêts à très haute valeur biologique,

-          la certification des premiers crédits carbone VCS au Brésil (protocole : Voluntary Carbon Standard), dont les revenus sont intégralement réinvestis dans le projet.

Le projet « PETRA » vise à donner une nouvelle dynamique à cette initiative en lui donnant une dimension de plate-forme de ressources, d’échanges et d’observations environnementales, sociales et économiques pour la recherche et le développement durable de la région du nord-ouest du Mato-Grosso , par ailleurs région test et pilote pour les politiques publiques brésiliennes, permettant de rendre compatible la croissance des régions de frontière agricole et la préservation des forêts.         

Coopération bilatérale franco-brésilienne

Le projet de Puits de Carbone Peugeot-ONF a développé un savoir-faire unique issu de 14 années de retour d’expériences et de nombreux partenariats franco-brésiliens sur le long terme. En promouvant PETRA, le Fonds Français pour l’Environnement Mondial, organisme d’Etat - qui apportera 2 millions d’euros de budget sur quatre ans - est dans sa mission consistant à « favoriser la protection de l’environnement mondial », ici sur deux de ses dimensions : la biodiversité et les changements climatiques.

 PETRA s’inscrit ainsi clairement dans la coopération bilatérale franco-brésilienne,  et en particulier, en application de l’accord sur la valorisation sociale, économique et environnementale des ressources naturelles du biome amazonien signé en décembre 2008  entre les deux pays. Il associera étroitement des structures brésiliennes locales, régionales et nationales dans les domaines scientifiques, techniques et institutionnels.

Des applications concrètes à court terme

PETRA comprend cinq composantes. A court terme, à titre d’exemple, dans le domaine de la recherche, PETRA permettra d’amplifier le programme d’accompagnement annuel financé par Peugeot et l’ONF en soutenant des thésards franco-brésiliens sur des domaines d’intérêts prioritaires pour le projet : sylviculture, biodiversité, carbone et sciences économiques et sociales appliquées. Le projet appuiera par ailleurs les petits producteurs locaux dans le développement de systèmes agro-forestiers adaptés.

Le Puits de Carbone Peugeot-ONF en un coup d’œil

  • Une contribution conséquente sur le long terme
    • 10 millions d’euros : le budget initial du projet, financé à 100 % par Peugeot
    • 400 000 euros : le budget annuel complémentaire cofinancé par Peugeot et l’ONF (depuis 2005) dont une partie significative sur la recherche
    • 40 ans : la durée du projet (de 1998 à 2038)
  • La Fazenda Sao-Nicolau en chiffres
    • 1999 : la date d’acquisition de la propriété
    • 10 000 hectares : la surface de la propriété (équivalent à Paris intra-muros)
    • 72 00 hectares, la surface de la forêt naturelle conservée dont 1 800 hectares de Réserve Privée du Patrimoine Naturel
    • 1 000 hectares de forêts ripisylve
  • Un reboisement d’envergure avec une grande variété d’essences
    • 1 800 hectares la surface de plantations (deux fois le bois de Vincennes en région parisienne)
    • 2 millions d’arbres plantés
    • Biodiversité: 50 essences plantées dont 49 natives et une exotique (le teck, Tectona grandis). Les essences natives les plus performantes sont Figueira Branca (ficus sp.), l’Aroeira (Astrium sp.), le Paneira (Chorisia speciosa)
  • Suivi du carbone
    • 13tCO2/hectare/an depuis 1999 dont 110 000 tCO2 certifiés (protocole VCS)
    • Une source de financement intégralement réinvestie dans le projet
    • 5 ans : la périodicité du bilan carbone exhaustif de la plantation
  • Suivi de la biodiversité
    • 500 espèces de faune recensées depuis 2001, dont une vingtaine en voie d’extinction (Ex : jaguar)
    • 10 classes d’insectes dont les populations ont été estimées et suivies depuis 2001
  • Intégration locale
    • 5 000 élèves du primaire accueillis dans le cadre des programmes d’éducation environnementale
    • Plus de 150 étudiants représentant plus d’une dizaine d’institutions différentes accueillis pour des travaux de thèses universitaires
    • Une soixantaine de projets de recherche ou d’études techniques réalisés sur la Fazenda
    • Des appuis aux acteurs de la région (agroforesterie chez les petits agriculteurs et gestion durable des forêts)